• Le rêve : Un mois avant Noël, toute la famille s'habille en gala pour le portrait familial de Noël.
    Ils sont tous superbes sur la photo, que vous avez fait tirer en carte, et que vous envoyez à tout le monde, accompagné d'un mot personnel, écrit de votre main personnelle, à vous (Si !).
    La réalité : Quelques jours après Noël, vous réalisez, dans un spasme d'angoisse, que vous n'avez envoyé aucune carte... Vous attrapez une boîte de cartes dans le rayon des soldes, et vous en envoyez à ceux qui vous en ont envoyé. Au diable les autres.

    Le rêve : Début décembre, vous avez trouvé le cadeau idéal pour chaque personne inscrite sur votre liste.
    Tous vos cadeaux destinés aux personnes lointaines ont été expédiés, et les autres sont emballés dans du papier superbe, avec des noeuds en ruban de fête.
    La réalité : Le 23 décembre, vous vous retrouvez au bout d'une file d'attente longue comme un jour sans pain, avec 5 paquets dont vous n'avez pas les codes postaux. Et où êtes-vous le 24 ? Mmmm... Vous courez désespérément aprés le
    seul jouet que votre fils de 5 ans a demandé.

    Le rêve : Toute la famille marche  dans une forêt brillante de neige sous la lune ; vous avez trouvé l'arbre idéal ; vous le déterrez joyeusement en chantant.
    La réalité : Il fait sombre ; il pleut ; vous vous retrouvez sur un terrain boueux, sous l'autoroute, chez un marchand d'arbres. Chaque membre de la famille veut un arbre différent - et celui que vous choisissez finalement  ne rentre pas dans l'auto (et votre fils de 18 ans vous suggére innocemment que c'est le moment d'en changer).

    Le rêve : Les amis et la famille sont assemblés joyeusement devant la cheminée ; jeunes et moins jeunes se réjouissent ensemble de votre hospitalité. Tout  est parfait, les desserts sont tous à faible teneur en calories ; l'amour et la bonne humeur règnent.
    La réalité : Vous venez de vous engeuler gravement avec votre conjoint, juste avant que les invités n'arrivent. Grand-mère s'étouffe avec la dinde. Le feu refuse de prendre.Tout le monde s'amuse follement - tellement que vous n'arrivez pas à les faire partir...

    Le rêve : Vous êtes assis tranquillement avec votre conjoint, les lumières brillent sur le sapin, et vous dégustez du champagne en jetant un oeil sur la montagne de cadeaux sous le sapin.
    La réalité : L'un de vous est à la recherche frénétique du cadeau si précieux (celui de votre fils de 5 ans...voir plus haut), tandis que l'autre galope en quête des cadeaux achetés début décembre, et qu'on ne trouve plus - "T'es vraiment sûr(e) que tu l'as acheté ?!!!")

    Le rêve :  Le plaisir et la joie coulent à flots, alors que chaque membre de la famille ouvre un cadeau "idéal" après l'autre.  Tout le monde s'embrasse et assure que c'est le meilleur Noel qu'il a jamais passé ! Puis tout le monde participe au nettoyage et au ramassage des papiers.
    La réalité : Votre petit monstre de 5 ans ignore complètement le cadeau "idéal et unique" que vous aviez enfin retrouvé, à minuit, pour préférer une bricole en plastique. Votre conjoint envisage l'idée de se faire rembourser tous les cadeaux. Et vous vous tapez le ramassage des papiers en solitaire.

    Le rêve : Une dinde superbement réussie, une montagne de frites appétissantes, trois sortes de tartes, la famille est comblée - et repue...
    La réalité : "Qui aime la dinde ?!' "Et qui a asez d'énergie pour se taper la préparation d'un tel repas ?!" En fait, vous partagez une pizza, en regardant un film.

    Le rêve : Epuisés par les fêtes, vous partez pour une semaine de ski, grâce aux nombreux chèques reçus en cadeau. Quel Noël fantastique !
    La réalité : Epuisés - et un peu ruinés, vous vous effondrez lâchement sur le sofa pour toute la journée, en mangeant des chips.... Mais votre cher amour de 5 ans aime quand même son jouet (et tant pis si votre autre cher amour - celui qui a 40 ans - n'aime pas sa cravate! "N'avait qu'à l'acheter lui-même!!!")

    Merci Hervé Boudouy !!! Enfin de l'humour digne de ce nom pour ces ramassés du bulbe qui peuplent le blogg !


    2 commentaires
  • C'est bien : Elle dit oui.
    C'est mal : Elle dit  non.
    C'est pire : Elle dit  peut-être...

    C'est mal : Votre femme vous plaque...
    C'est pire : ...pour une autre femme

    C'est mal : Votre fils donne dans le satanisme...
    C'est pire : ...comme victime.

    C'est mal : Votre mari est travesti.
    C'est pire : Il est plus belle que vous.

    C'est mal : Vous trouvez un film porno dans la chambre de votre fils.
    C'est pire : Vous en êtes l'acteur principal.

    C'est mal : Votre oncle d'Amérique vous lègue une immense fortune.
    C'est pire : Il a oublié de dater le testament qui n'est donc pas valable.

    C'est mal : Vos enfants de 12 et 13 ans ont débuté une vie sexuelle agitée...
    C'est pire : ...entre eux.

    C'est mal : Vous appelez SOS Suicide.
    C'est pire : Ils vous font patienter avec du Vivaldi.

    C'est mal : Votre femme veut divorcer.
    C'est pire : Elle est avocate.

    C'est bien : Une petite virée chez les filles de mauvaise vie.
    C'est mal : Lors d'une descente de flics, vous êtes arrêté.
    C'est pire : ...par votre femme qui est commissaire.

    C'est mal : Votre disque dur se crashe.
    C'est pire : La dernière sauvegarde remonte à plus d'un an.

    C'est bien : Le postier est en avance.
    C'est mal : Il a l'air mauvais et un AK-47 en main.

    C'est bien:  Je suis tranquillement à la maison cette après-midi.
    C'est mal :  Parce que j'ai séché l'école.
    C'est pire : Pour regarder les Feux de l'Amour...

    C'est bien : La secrétaire vous a dit oui.
    C'est mal : Votre femme vous dit non.

    C'est mal : Interro surprise de maths.
    C'est pire : Le prof inscrit le numéro de SOS Suicide au tableau.

    C'est bien: Petit rendez-vous en aveugle ("blind date")
    C'est mal : C'est votre ex-femme.
    C'est pire : C'est votre femme.

    C'est bien : L'instit adore votre fils.
    C'est mal : ... charnellement.
    C'est pire : Il est homo.

    C'est bien : Ma copine a trouvé un nouveau boulot.
    C'est mal : Il est pas dans la même ville.
    C'est pire : Même pas dans le même pays.

    C'est bien : J'ai trouvé un nouveau boulot.
    C'est mal : Il est géographiquement à l'opposé de celui de ma copine.
    C'est pire : Elle en profite pour me quitter.

    C'est bien : Vous revenez plus tôt que prévu du travail et avez envie d'un gros câlin avec votre femme.
    C'est mal : Le postier aussi et il était là avant.

    C'est bien : Week-end de trois jours vendredi-dimanche.
    C'est mal : Vous n'avez que le vol du vendredi soir.

    C'est bien : Petite soirée dans une boîte à strip-tease.
    C'est mal : Votre fille mène la revue.

    C'est bien : Votre boyfriend fait du sport et un régime.
    C'est mal : Il veut réussir à entrer dans vos robes.

    C'est mal : Votre mari louche.
    C'est pire : Il est plus joli que vous.

    C'est bien : Votre voisine fait son sport dans sa chambre, nue, la fenêtre grande ouverte, et vous avez un très bon angle.
    C'est mal : Elle fait 150 kilos.

    C'est bien : Votre jeune fils se fait de l'argent de poche avec des petits boulots.
    C'est mal : ...au sex-shop du coin.

    C'est bien : Votre oncle vous lègue une immense fortune.
    C'est mal : Et encore plus de dettes.

    C'est mal : Votre femme est arrêtée pour racolage.
    C'est pire : Elle vous dénonce comme son souteneur.

    C'est mal : Accident de voiture.
    C'est pire : C'était une voiture de flics.

    C'est bien : Je fais la vaisselle.
    C'est mal : Je casse un verre
    C'est pire : Je me coupe jusqu'au tendon.

    C'est bien : J'ai des messages sur l'e-mail.
    C'est mal : Je n'ai pas de messages.
    C'est pire : J'ai 346 messages !!!

    C'est bien : Je me suis brossé les dents
    C'est mal : Quelqu'un d'autre a utilisé ma brosse à dents
    C'est pire : Pour laver la cuvette des toilettes !

    C'est bien : J'ai aidé une mémé à traverser la rue
    C'est mal : Elle s'est faite renverser.
    C'est pire : Elle dit que je l'ai poussé !

    C'est mal : J'ai pris du poids.
    C'est pire : La balance n'arrive plus à l'afficher.

    C'est bien : J'ai eu une bonne note en Maths.
    C'est mal : Le cancre de la classe a eu la même
    C'est pire : Le prof m'accuse d'avoir copié sur lui !

    C'est bien : Je suis allé voir un psy.
    C'est mal : Il dit que je suis normal.
    C'est pire : Il s'est fait interner !

    C'est bien : Le PSG a enfin gagné un match.
    C'est mal : Ils ont payé les joueurs de l'équipe adverse.
    C'est pire : C'était une équipe de Division d'honneur !

    C'est bien : J'ai acheté une voiture neuve.
    C'est mal :  Je l'ai cartonnée.
    C'est pire : En sortant de chez le concessionnaire ...

    C'est bien : Je m'suis réveillé tôt pour pas être en retard au boulot.
    C'est mal : J'ai dû prendre une douche froide tellement que j'étais déchiré.
    C'est pire : Je m'suis aperçu qu'on était dimanche matin !

    C'est bien : Je veux devenir coiffeur.
    C'est mal : Mon premier client n'est pas très satisfait.
    C'est pire: Il reste du sang sur les ciseaux !

    C'est bien : Je suis allé faire des U.V.
    C'est mal : Je suis resté plus longtemps que le maximum conseillé
    C'est pire : ...dans une cabine spéciale "peaux foncées" !

    C'est bien : J'ai branché mon nouvel ordinateur.
    C'est mal : Sans lire la notice.
    C'est pire : Il commence à fumer !

    C'est bien, j'ai fait une archive compressée ".zip" de mes documents.
    C'est mal,  j'ai effacé mes documents par mégarde.
    C'est pire, l'archive ".zip" fait 0 octets !

    C'est bien : J'ai acheté au voisin un nouveau jeu pour 90 €.
    C'est mal : C'est une copie gravée du CD original.
    C'est pire : Sans le livre des codes de protection !

    Le rêve : Tous les hommes sont des Chippendales et toutes les femmes des Pamela Anderson (avec un peu d'intelligence en plus).
    La réalité : Tous les hommes sont réduits à appater des "Thons" avec leur seul atout : leur carte de crédit !!!

    Le rêve : Que les filles soient tellement bêtes que les machos puissent en profiter.
    La réalité : Les filles sont tellement bêtes que les machos en profitent.


    9 commentaires
  • La gigantesque descente de police aux portes des écoles, le 6 janvier dernier, n'aura pas eu sur l'opinion l'effet de séduction escompté. Que ce soit chez les parents d'élèves, les profs et certains flics eux-mêmes, l'opération ratissage du ministère de l'Intérieur, avec fouille au corps des élèves sous l'œilleton des caméras de télé, a déclenché un tir de barrage auquel les communicants de la place Bauvau n'étaient manifestement pas préparés. C'est toujours ça. Mais pendant que l'on s'époumone contre les excès les plus extrêmes de la parade sécuritaire – d'autant plus commodes à dénoncer qu'ils sont, en plus, rigoureusement improductifs – la tendance au flicage des bahuts scolaires se poursuit, et même se répand, loin des conférences de presse. Exemple : en septembre dernier, sur demande de la préfecture, l'inspection d'académie de Rennes envoie un avis de recherche aux directeurs des écoles. Il s'agit de retrouver Randy, un dangereux élément âgé de 6 ans. Croyant sans doute bien faire, le directeur de l'école Georges-Clémenceau, à Rennes, s'empresse de répondre présent : Randy vient de faire sa rentrée en CP. Les flics déboulent séance tenante. Randy sera collé en centre de rétention pour être expulsé avec sa mère, déboutée du droit d'asile.

    En octobre, c'est à Metz que deux enfants de trois et six ans sont emmenés en rétention avec leurs parents. La police avait demandé aux enseignants de les retenir à l'école après la sortie, histoire de pouvoir les cueillir sans faire trop de grabuge. Même chose à Nantes, où des gendarmes ont défilé dans plusieurs établissements pour mettre la main sur un minot étranger, avec le concours de l'inspecteur d'académie. Pour Sud-Éducation, qui s'en est ému le 8 décembre dans un courrier au ministre, cette collaboration revient à utiliser « des structures et des personnels de l'Éducation Nationale dans le but d'enfermer des enfants ». Et d'ajouter : «  Les enseignants ne peuvent être des supplétifs de telles opérations policières.  » Hélas, ils peuvent très bien. Et même ils doivent. Sous l'enseigne de la « lutte contre les violences scolaires », les ministres de l'Éducation nationale et de l'Intérieur, Fillon et Villepin, ont signé le 4 octobre à Dreux un protocole d'accord prévoyant de resserrer les liens entre les préaux et les commissariats. Ce partenariat n'a pas fait scandale. Il est vrai que depuis les Contrats locaux de sécurité (CLS), mis en place à grande échelle sous Jospin, les « échanges d'information » entre éducation et police sont devenus monnaie courante. Mais contrairement à la cauchemardesque opération de com' du 6 janvier, ça ne se voit pas trop.

    CQFD


    11 commentaires
  • Ben voila , les interventions du zizi étant essentielles pour la survie de l'humanité , j'ai décidé que les censurés ( et leur réponse ) reposeraient ici .

    4 commentaires
  • "Nous espérons que cela servira à dissuader ceux qui voudraient l'imiter" : avec ces quelques mots, le directeur de la Fédération de l'Industrie musicale Italienne (FIMI) a résumé l'objectif de la dernière affaire judiciaire autour du téléchargement illégal de musique en ligne en Italie.

    Un disc-jockey brésilien, travaillant dans une discothèque proche de la capitale Rome, vient d'écoper de la plus lourde amende jamais infligée en Europe : 1,4 million d'euros . La police financière italienne a saisi dans sa discothèque 500 CD et surtout 2000 fichiers MP3 que le contrevenant utilisait pour animer la discothèque dans laquelle il travaillait.

    Le forfait n'est pas négligeable mais l'amende semble tout de même démesurée. C'est que pour l'industrie du disque italienne, la chute de 14 % de son chiffre d'affaires, survenue entre 2000 et 2003 et celle de 8 % en 2004 sont clairement les conséquences du piratage.

    Source l'atelier

    Moi J'men fous !!! y finiront bien par comprendre ces ramolis du bulbe qu'ils ne peuvent rien !!! Y s'sont bien gavés en nous pressant comme des citrons maintenant c'est à not'tour ! Téléchargeons camarades !!!


    2 commentaires