• Panam

    J'ai toujours habité Paris, j'y suis né... c'est dire si cette ville me colle à la peau. Je suis marqué à jamais par son environnement Cette ville laisse des séquelles, on en porte les stigmates. On est de toutes façons citadin par obligation, parisien par habitude. Dès mon plus jeune âge empoisonné... les poumons élevés par la pollution ambiante, l'incinérateur de Vitry, les pots d'échappements, les poubelles, les petites rues pissotières... autant d'odeurs qui vous familiarisent le nez à l'horreur des lieux. Et font que même une bombe de Brise nous semble une bénédiction... Je ne m'étendrais pas sur les collèges à l'amiante où nous avons cru étudier ! A Paris tout est oppressant, à commencer par son fameux métro. Il aurait pu inspirer Dante pour son enfer. Et pourtant, les millions... que nous sommes à y descendre quotidiennement... écrasés... piétinés... entassés, avec la loi de la jungle pour une place assise... course effrénée pour avoir sa rame... bousculade dans les escalators, compression dans les wagons, pire qu'en 42... autant de petits moments qui donnent un charme unique à ces voyages.

    Ah ! La joie d'être coincé entre les odeurs de transpiration de ceux qui ne se lavent pas et de ceux qui croient bien faire avec un déodorant impossible ! ... Le tout, mis en valeur par les néons... lumière crue, blafarde, où nous ressortons tous comme des zombis vaincus par l'existence. « La sève de la ville » dit-on... le poison des catacombes plutôt ! Si par hasard, on veut fuir le métro, il y a la voiture ; ce glorieux produit de notre siècle. Chacun dans sa petite boite, en longue et sinistre file... embouteillage garanti... 2 plombes pour passer une porte du Périf ! Le moteur surchauffe, il s'use... toujours moins que les nerfs. On met la radio par habitude et on ne l'écoute jamais, de toute façon la musique est ailleurs, une symphonie surréaliste de klaxons et de broum ! La voiture engendre la violence, ce n'est pas nouveau. Le conducteur se croit souvent dans un char d'assaut... près à écraser, à forcer le passage... griller un feu... une priorité... Il faut avoir le tempérament sportif ou ludique pour conduire ici bas ! Comme dans les jeux vidéos, des myriades d'obstacles à éviter, du livreur de pizza au roller, sans oublier les bus ou les chiens... Bref ! Aucun repos pour celui qui ose prendre le volant. On m'objectera : pourquoi ne pas marcher ? C'est à voir, car les mêmes dangers roulants sont toujours là et cette fois plus de carapace.

    Il y a aussi certains quartiers où l'on avance lentement, péniblement, conduit par le flot d'une marée humaine grouillante dont on ne peut sortir. Il y a assurément trop de monde dans cette ville. Malgré cela certains candides nous envient : « à Paris il y a toujours quelque chose à faire »... sûr ! toujours plus qu'à Aurillac ou à Gif sur Yvette ! Le drame est que ce que l'on entreprend devient irrémédiablement long et pénible. Des queues interminables dans les musés ou les salles de spectacles, des restaurants complets, des parcs qui se remplissent dès qu'il fait beau et les magasins dès qu'il pleut. A croire que nous voulons tous la même chose au même moment. Et pour sortir ici, tout se paie... la vie est chère. A commencer par les loyers. Cela explique sans doute notre goût pour les logements à superficie réduite où recevoir ses amis devient un art. Pour les victimes de l'automobile est-il besoin de leur rappeler le racket des parcmètres ou le prix si exorbitant des parkings que cela en devient comique. Que nous reste-t-il alors pour alimenter nos envies devant cette titanesque vitrine de boutiques et de rues ? Car dès que l'on sort nous sommes atteins par la fièvre consumériste.

    Il faut paraître, on est en ville ! on nous invente sans cesse de nouveaux faux besoins. Paris emprisonne... Paris divise... Et l'on a jamais été plus seul que depuis qu'on y est surpeuplé. Nous consentons à rester pris en otage par cette ville tentaculaire... Pour un travail, pour le droit de survivre, par lassitude et dégoût. Le décor a pris le pli de notre mélancolie, les quartiers sont défigurés les uns après les autres. On se rend sans se battre aux bulldozers de la fonctionnalité. Tout devient délavé et sans âme. Il n'y a plus de vie de pallier... plus de vie de quartier... plus de vie d'ailleurs puisqu'on a que l'ennui en pâture. Parisianons donc, puisque le monde s'urbanise et que d'ici peu, nous vivrons tous de fausses aventures dans des villes semblables, habillés pareils, à manger la même merde fabriquée par les mêmes trusts en se consolant par le poison analgésique de la misère télévisuelle. L'homme du futur n'est pas un conquérant, c'est un citadin qui couve lentement sa mort, spectateur passif d'un monde qui le dépasse. Il reste la nostalgie d'un Paris glorieux, historique, communard et populaire. Quand le présent est inexistant, le futur inquiétant, c'est une maigre consolation que le passé. Ce sont ces souvenirs, qu'arrivent encore à voir les yeux les nombreux touristes que l'on promène en troupeau dans les rares quartiers préservés du passé historique. Dans la ville des lumières, les feux sont cathodiques. Pourquoi est-ce que je reste me direz-vous ? Je n'en sais rien. Je suis sans doute aussi masochiste que notre époque qui n'aime que ce qui la détruit.


  • Commentaires

    1
    Khalya
    Lundi 23 Mai 2005 à 22:12
    M'enfin zizounet!!
    a quoi tu joues??? C'est po drôle ton post!!! Tu vas bien? ;D
    2
    petite julie
    Mardi 24 Mai 2005 à 12:13
    Paris
    bonjour. Ben heu, j'avais déjà pas envie de devenir parisienne, mais alors là ça fait peur... je crois que je vais rester dans ma normandie après tout, il pleut pas aujourd'hui. il parait qu'il faut toujours voir le côté positif des choses... y'en a ?
    3
    VN
    Dimanche 5 Juin 2005 à 13:16
    si tu restes
    tu le caches bien en tous cas..
    4
    zizilcornich Profil de zizilcornich
    Lundi 6 Juin 2005 à 15:27
    Merci !
    Merci tata heaven pour ton super commentaire ! Mais laisse le mode d'emploi kon y panne quelque chose ... Ca doit etre du Jap ...
    5
    Dimanche 23 Octobre 2005 à 18:30
    va te faire prendre le cul
    bon voila je vien juste te laisser ce message pour te dir que si tu as des reproche a faire sur quelquin d'abord regarde toi ( je suis sur que tu as une tete d'anus vu ce que tu dis ) deuxiemement ne vien plus sur mon blog si il te plais pas et troisiemement VA TE FAIRE ENCULER SALE SUCEUR DE BITE VA FAIRE DES POMPES SUR UN BRAS AVEC UNE BITE DE CHEVAL EN PLASTIQUE PLIABLE DANS TA BOUCHE ET UNE BATTE EN FER ROUILLER DANS LE CUL !
    6
    Ta connerie
    Mardi 28 Février 2006 à 13:56
    cls
    une balle entre vos deux yeux a  tous, plus une a tous les membres de votre famille
    7
    Mardi 28 Février 2006 à 13:57
    cls
    une balle entre vos deux yeux a  tous, plus une a tous les membres de votre famille
    8
    Vendredi 25 Mai 2007 à 19:02
    VA TE FAIRE ENCULER
    VA TE FAIRE ENCULER SALE FILS DE PUTE ET JE DIS CA A TOUT LE MONDE QUI LIT CE MESSAGE
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    9
    zizi
    Samedi 31 Mai 2008 à 13:08
    et beh!
    c'est lamour! que de propostions dignes d'interet...on ne sait laquelle choisir! moooooooooaaaahhhh! kiss kiss,moua ossi j vous aime tas d glands!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :